Notre cahier des charges

Encore un site de plus...?!

Bon alors là, soyons clair : on s'est clairement posé la question en créant ce site. "Est-ce qu'on ne va pas faire doublon avec les ressources existantes ?" Et en même temps, nous avons la conviction qu'il manque un lien entre les différents makers du territoire ainsi qu'un défaut de visibilité globale pour le "tout venant".

Donc, nous avons résolument opté pour un site "simpliste" ayant pour vocation à être facile à maintenir collectivement (utilisation de fichiers "flat text" au format markdown, style "documentation" et automatisable). Un format à la façon "read the doc" qui facilite la navigation : l'important ici n'est pas le "nec plus ultra" du web, mais d'être pratique et efficace.

Nous avons également pris le parti de faire du lien, de basculer autant que possible vers les ressources propres de chaque lieu, de chaque fablab en liant vers les sites existants. Tiens d'ailleurs, si vous avez envie de voir un site vraiment fun, allez faire un tour sur le site de l'asso robotique du collège Anita Conti de Lorient

Nous sommes conscients de l'existence d'annuaires recensant les lieux du make, tel que celui-ci et nous n'avons pas l'ambition de faire un doublon. Nous avons une approche de terrain avec une mise en relation des lieux du make actifs et qui ont des contacts entre eux, ce qui est le propre d'un réseau. Notre site a également un objectif "d'outil du quotidien" décrivant les contenus de la proposition des différents lieux.

Retour aux racines du "hack"

Notre ambition est de favoriser une pratique du "make" collaborative et ouverte. Voici les principes auquels nous souhaitons rester attachés en tant que makers (librement adapté de cet article):

  • le faire soi-même (DIY), et son corrélatif, le "Coder/concevoir soi-même" (CIY)
  • l’apprentissage et le partage en se basant préférentiellement sur des logiciels et machines libres,
  • le droit à l’expérimentation et au questionnement, en toute liberté et sans tutelle institutionnelle
  • l’ouverture des champs d’exploration à toutes les disciplines, dans le respect de la sécurité des personnes
  • l’engagement militant et le vivre ensemble,
  • la persévérance, enfin, face à la complexité technologique et à une frugalité de moyens.

Pour "la faire simple", nous voulons rester attachés aux valeurs et aux racines qui ont permis le développement du mouvement Maker, conscient que les forces qui conduisent à y renoncer sont subtilement présentes en nous-mêmes et autour de nous.

En clair, nous revendiquons la possibilité de "simplement essayer d'accomplir quelque chose de nouveau" et voulons avoir la liberté de ne pas être contraint d'y renoncer au motif d'une conviction non partagée ou autre.